Ce second volume de “Histoire des Croisades” s’intéresse à la manière dont cette phase historique de deux siècles s’est achevée, contre toute attente, sur une éclatante et indiscutable victoire musulmane – une issue qui n’était en rien assurée, ni même prévisible, au regard des nombreux soubresauts intervenus sur la scène politique de l’Orient après la mort de Salâh ad-Dîn.

Durant le siècle mouvementé qui sépare la disparition du légendaire sultan, en 1193, de la reconquête musulmane d’Acre et des derniers bastions francs sur les côtes du Shâm, en 1291, pas moins de six nouvelles grandes Croisades sortiront en effet des entrailles de l’Europe pour s’abattre sur l’autre rive de la Méditerranée, et les pulsions conquérantes de l’Occident trouveront de nouvelles cibles : l’Égypte, bien sûr, devenue l’incontestable bastion de l’Islam, mais aussi Tunis ou encore Constantinople, capitale byzantine ravagée par l’avidité des Latins. Jérusalem sera même, un temps, reperdue par la légèreté des derniers Ayyoubides. Surtout, un nouvel acteur  fera son entrée fracassante sur la scène géopolitique : les Mongols, dont les deux grandes vagues d’invasions, véritable cataclysme historique, viendront traumatiser durablement la civilisation islamique et même, un temps, manquer de l’annihiler complètement.

Histoire des croisades, tome 2, Ribât éditions

17,00 € Prix original
15,30 €Prix promotionnel