"Dans la succession d'idées que j’ai exposées dans la conférence précédente,

j’étais parvenu à une conclusion majeure posant un point d'interrogation

aussi bien sur le destin de l'humanité tout entière que sur le rôle du musuman dans le dernier tiers du XXe siècle. J'avais en effet affirmé à la fin de

cette conférence que l'Europe avait accompli des miracles dans le monde

des découvertes et dans celui des sciences. Mais elle a perdu en son for intérieur cette dimension qui lui procurait réconfort, décontraction et soutien

dans l'adversité, car la rattachant à

l'existence de Dieu. Si le musulman veut

combler ce vide dans les ames assoiffées,

les ames avides de motivations

nouvelles, il lui faudrait d'abord élever son niveau à celui de la civilisation

pour pouvoir ainsi hisser celle-ci au niveau de la sacralité de l'existence (…)

Je dis toutes ces paroles en tant que testament que je laisse...".

(Malek BENNABI, Damas, Syrie, 28 Mars 1972).

"Sans doute le rôle du musulman par rapport à ce monde sera-t-il de le rassasier ou d'étancher sa soif spirituelle, à condition toutefois qu'il satisfasse

à une exigence essentielle, celle qui le ferait apparaitre aux yeux de ce

monde et de ceux de l'homme civilisé comme l'homme qui mérite la plus

haute considération; quand bien même il ne possèderait pas de missiles ou

de bombe atomique. Si cette condition première se réalise et que le musulman fait son retour sur la scène de l'histoire comme un homme civilisé, il pourra effectivement s'acquitter de la tâche de débarrasser l'homme civilisé du joug du matérialisme».

(Extrait de l'ultime interview accordée par Malek BENNABI, Tripoli, Libye,24 Janvier 1973;

document inédit en langue française).

L'islam et l'ordre du monde et témoignage de M. Bennabi, Amir Nour, Héritage éd.

15,00 € Prix original
13,50 €Prix promotionnel