Après l’orgueil (kibr), l’ostentation (riyā’) est un autre des vices de l’âme condamnés par l’islam. Ce vice occupe une place singulière en ce sens que la dévotion empreinte d’hypocrisie exclut du cercle des croyants toute personne qui s’y adonnerait. C’est du moins le jugement d’Abū Ḥāmid al Ġazālī (1058-1111) célèbre penseur et théologien qui rédigea, entre autres, son non moins célèbre Iḥyā’ ‘ulūm al dīn (Revivification des sciences de la religion) et dans lequel al Ġazālī a consacré un traité entier à la condamnation de l’ostentation (riyā’). Il prend, comme souvent, le Prophète à témoin. Ce dernier avait, en son temps, confié ses inquiétudes à ses Compagnons en ces propos : « ce que je crains le plus pour vous, c’est le petit associationnisme (shirk asghar). Les Compagnons interrogèrent : “mais qu’est-ce donc que le petit associationnisme, ô Messager de Dieu ? ” Il répondit : “la dévotion empreinte d’ostentation et d’hypocrisie.” » Ceci montre l’importance de purifier ses intentions dans la pratique de la prière, du jeûne ou du pèlerinage par exemple puisque ces dévotions ne doivent pas être les instruments de la volonté narcissique de l’individu soucieux de se montrer pieux aux yeux des autres alors que Dieu connaît le mieux la nature de ses intentions.

L'ostentation selon al Ghazâlî (nouvelle édition)

5,00 €Prix
  • Auteur : Lyess Chacal

    Nombre de pages : 92

    Couverture rigide cartonnée avec signet (marque-page)

    Edition luxe


78320 La Verrière, France


Nous contacter

  • Instagram


Informations